Pollutions: Des campagnes pires que les villes ?

Publié le par Le Mendiant

Ce que dit la presse :

« En France, on se gausse aujourd’hui d’avoir plus de forêts qu’au temps de Louis XIV. Mais elles n’ont pas les mêmes vertus, ni en terme de biodiversité, ni en pouvoir de stockage du gaz à effet de serre. Le problème se situe surtout à l’échelle mondiale où les forêts tropicales, qui sont les plus grands réservoir de la biodiversité mais aussi du stockage de CO2, sont massacrées. Chaque année, on voit disparaître l’équivalent d’une surface grande comme la Californie (dix fois la Suisse) A la fin de ce siècle, la moitié du vivant, des espèces connues, pourrait avoir disparu, faute de territoire, d’écosystème. » Nicolas Hulot.

Source : « La modération plutôt que la privation », interview de Nicolas Hulot, L’Hebdo N°20, 16 mai 2007, p. 45


tiny-fr-saleve2.jpg



Commentaires du Mendiant :

Comme le soulignait le botaniste Jean.Marie Pelt lors d’une conférence donnée le 8 mai au magasin Botanic de Gaillard, une étude a révélé que la ville de Munich possédait six fois plus de biodiversité que la campagne environnante !  De même, les abeilles s’épanouiraient désormais mieux en ville (voir l’article sur le sujet) !

En cause ?  L’agriculture productiviste qui fait de la France le troisième pays consommateur de pesticides au monde !  Comme le souligne JM Pelt, en matière agricole, « on a tout faux ! Au moindre coquelicot dans un champs, on pulvérise ! »   

Quel intérêt, ainsi, d’avoir de grandes forêt et de belles campagnes si l’atmosphère y est saturé de résidus chimiques ?  Où est la valeur d’un champs contaminé par les OGM ?  Faudra-t-il un jour remettre en cause l’aphorisme de Jean Louis Auguste Commerson : « On devrait construire les villes à la campagne car l’air y est plus pur » ?  Mieux vaut à tout prendre habiter près d’une autoroute que d’une porcherie industrielle !

Le mythe de la France vertueuse mériterait, pour la bonne cause et compte tenu de notre niveau de développement, d’être combattue : non, nous ne respectons pas suffisamment notre patrimoine naturel et, non, nous ne mangeons pas des aliments sains !  Nous sommes les premiers consommateurs de psychotropes au monde et notre « richesse nationale » est loin, très loin, de nous rendre heureux et épanouis…


Quelques pistes de Consomm’Action :

L’épanouissement personnel requiert une bonne dose de responsabilité et d’action : renseignez-vous sur les ramifications du système et décidez, en conscience de lui échapper ou de lui rester servile. Comment faire le grand saut ?  Simplement en vous informant et en limitant plus ou moins progressivement la consommation des produits et services du système : moins de télé abrutissante, davantage de livres, moins de plats industriels, davantage de légumes bio, moins de développement personnel et plus de contentement…  La pollution chimique et intellectuelle n’est pas une fatalité ! Parlez-en autour de vous…


Le Mendiant
Le pire n’est pas une fatalité. Parlez-en autour de vous…

Pollutions: Des campagnes pires que les villes ? 2007 © Benoît Saint Girons
Photo: Salève, France, 2007 © Benoît Saint Girons

Publié dans - scandales pollutions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article