Télécom : quand le business prime sur le service…

Publié le par Le Mendiant

COUP DE GUEULE

Lors de tout déménagement se pose la question de la ligne téléphonique. Le portable émettant quantité d’ondes nocives en plus d’être psychologiquement envahissant et financièrement coûteux, certaines personnes à l’esprit archaïque font encore le choix de la ligne fixe.

Pour ma part, il s’agissait aussi d’obtenir l’ADSL, cette fameuse connexion ultra rapide d’internet.  Je me voyais bien faisant d’une pierre deux coups.

D’une pierre trois coups ?  L’égalité des citoyens n’est malheureusement pas de mise dès lors que l’on parle de télécommunication : pour recevoir la télévision, il faut une ligne spéciale et, pour bénéficier des offres les plus intéressantes, il faut être dans une zone dégroupée, pouvant échapper à la mainmise de France Télécom…

Résultat ?  Il est encore fréquent de payer plus cher une offre moins complète et moins rapide. Le néolibéralisme n’est pas à un paradoxe près…

Au final, je n’avais donc plus beaucoup de choix. 

Je n’avais même plus du tout le choix à en croire France Télécom : je devais passer par eux pour récupérer la ligne de mon prédécesseur. Coût de cette formalité ?  59 euros !  Et encore, je devais m’estimer heureux : c’était une promotion « déménagement » (le tarif normal est de 73 euros !) et je pouvais conserver mon ancien numéro !

Garder le numéro de mon prédécesseur et modifier le nom de facturation ?  Mon interlocutrice sembla outrée que j’ose proposer pareille ineptie !  Comment, je priverais ainsi France Télécom de 59 bons euros ?  Je refuserais un service aussi fondamental que le maintien de mon ancien numéro ?  Que nenni !  Ce n’était pas possible !  Au nom de la loi du profit maximal, tout service inutile doit se payer au prix fort !


tiny-photo-hkpeak.jpgVictoria Peak, Hong Kong, 1995 © Benoît Saint Girons


Il était convenu que je pourrais rappeler jusqu’au samedi matin pour annuler le changement de ligne et c’est en effet ce que je décide de faire le vendredi 31 août au soir, ayant passé la journée sur internet a essayer de comprendre (sans trop de succès je dois l’admettre) les différentes offres. J’ai besoin de plus d’information avant de me décider…

Au 1014 (gratuit depuis un poste fixe, c’est déjà ça !), je tombe malheureusement sur un interlocuteur aussi désagréable qu’incompétent :

- Non, il n’est plus possible de revenir en arrière…
- J’ai pourtant besoin de plus d’information… Quel est le débit de votre offre ADSL ?
- 8 Méga
- C’est le débit descendant. Et le débit ascendant ?
- Je ne sais pas… Je ne suis pas technicien…
- J’ai vu sur internet qu’il n’était que de 128 ko…
- C’est possible mais ce n’est pas mon problème…
- Et vous n’avez rien d’autre à me proposer ?
- Non, il n’y a que cette offre
- Avant hier, votre collègue m’annonçait pourtant d’autres possibilités… J’ai même sous les yeux une autre option…
- Et bien ce soir il n’y a que ça !
- Bon et bien dans ce cas, vous m’annulez mon changement de ligne…
- [Après un temps de réflexion] OK, donnez moi le montant de votre dernière facture…

Ce ne sont là que les grandes lignes d’une communication bien orageuse… On y notera la perversité d’une offre qui annonce 8 Méga alors qu’il ne s’agit que d’un maximum et uniquement dans un sens. Un webmaster désireux de charger des fichiers sur son site se retrouverait avec une vitesse plus de 60 fois moindre : 128 ko seulement, le tout pour près de 40 euros par mois !  Une arnaque bien cachée que les commerciaux chargés de faire du chiffre se doivent de ne surtout pas ébruiter…  On ne les forme donc pas, c’est plus simple !

Deuxième entourloupe : ma ligne sera belle et bien créée le lundi, contre mon autorisation ! 

Entre temps j’ai trouvé un interlocuteur autrement plus sérieux et agréable: Télé 2, avec une offre plus équilibrée et une interlocutrice patiente qui arrive à se renseigner auprès d’un technicien quant au débit ascendant : jusqu’à 1 Go. Le tout avec des communications illimitées vers 52 pays, la location de la « box » gratuite et un coût mensuel légèrement moindre.

Malheureusement, il ne s’agissait là que d’une offre de dégroupage partiel. France Télécom continuait de gérer les aspects techniques de la ligne. Logique, dans un sens, mais périlleux pour la concurrence qui se retrouve avec des lignes plus ou moins optimisées pour le haut débit. Plutôt moins que plus en ce qui me concerne : pendant près d’un mois, pas d’ADSL et, plus embêtant, pas non plus de ligne téléphonique !  De quoi en arriver à regretter sérieusement le changement d’opérateur… ce qui est peut-être le but de l’opération ?

Difficile de connaître la responsabilité de France Télécom en matière de fiabilité de ligne mais certains techniciens de Télé 2 semblaient être convaincus qu’il n’y avait pas de hasard... D’ailleurs, la justice n’a-t-elle pas condamné maintes fois l’opérateur historique pour abus de position dominante ? Au total, l’ardoise friserait les 500 millions d’euros !

Après une vingtaine de coups de fil au service technique de Télé 2 (pas évident sans téléphone) à 0,34 centimes d’euros la minute, le tripatouillage de la prise téléphonique afin de retirer un composant domino « France Télécom »,  le changement du Modem et un test de ligne (tout était « normal » !), la téléphonie se mit enfin à fonctionner correctement et je bats désormais au quotidien mon propre record de connectivité. Incroyable tout de même ce que l’on arrive à faire en ce début de 21ème siècle : bientôt trois semaine de ligne téléphonique non-stop !


Le Mendiant

Publié dans COUPS DE GUEULE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article