L’écotartufe du mois : Vincent Cheynet de La Décroissance ?

Publié le par Le Mendiant

COUP DE GUEULE

Mail adressé au directeur du journal La Décroissance (1):

J’apprécie le réveil que votre journal procure tous les mois à mes quelques neurones mais je commence à être troublé par votre dogmatisme.

Illustration avec votre article sur Maud Fontenoy. Que lui reprochez-vous exactement ?  Passons en revue vos différents arguments.

Elle ne ressemble pas à Gandhi ou au Che ? Désolé mais nous sommes quelques milliards dans ce cas et cela ne constitue pas encore un crime contre l’humanité.

C’est une « petite bourgeoise » ?  Pourquoi « petite » ?  La taille a-t-elle quelque chose à voir avec votre apparente haine de la bourgeoisie ?  Serait-elle plus estimable si elle était une « grande bourgeoise » ou une « moyenne prolétaire » ?   Depuis quand la naissance constitue-t-elle un argument à charge en matière d’écologie ?

Elle a pour ami Nicolas Hulot ?  Evidemment, les amis de mes ennemis sont mes ennemis… et tous ceux qui s’intéressent à l’écologie via les différentes actions de Monsieur Hulot ne peuvent être que des traîtres à la solde des multinationales…   

Elle est sponsorisée par L’Oréal et le fabricant de bateaux Bénéteau ?   C’est vrai qu’il aurait mieux valu qu’elle le soit par Biodine et un fabricant de tracteur…  A quand un bateau estampillé La Décroissance sans voile pour surtout ne pas avancer ?

Elle « fait la morale au bon peuple travailleur » sur la radio « du marchand d’armes Lagardère » ?  C’est vrai que c’est un cran en dessous que de faire la morale à la Terre entière dans un journal confidentiel. Mais osons une hypothèse farfelue : et si le « bon peuple travailleur » était heureux de l’entendre, notre navigatrice ?  Salaud de « bon peuple travailleur » ?

Elle s’amuse avec l’argent des contribuables ?  Il est en effet d’usage pour l’Etat d’aider ses grands sportifs, pour le prestige de la France, mais ne regrettiez-vous pas un instant plus tôt qu’elle soit sponsorisée par des entreprises privées ?

Elle fréquente Sarkozy ?  Alors là, forcément, c’est rédhibitoire… même pour une aventurière habituée à naviguer en eaux troubles…

Elle n’a pas de temps à consacrer au gouvernement ?  Mais qu’auriez-vous écrit si elle y était entrée ?  Allez-vous bientôt lui reprocher de ne pas vouloir « travailler plus pour gagner plus » ?

Elle a validé les résultats du Grenelle de l’environnement ?  Certes mais cela prouve au mieux sa naïveté. Là encore, elle n’est pas seule !

En définitive, j’ai l’impression que le cœur du dossier Fontenoy est qu’elle se soit permise de parler d’écologie sans vous consulter au préalable. Quelle indécence alors qu’il est de notoriété que vous avez  le monopole des idées !  Pire : les médias ont donné à ses propos plus d’échos qu’aux vôtres… et elle est plus célèbre que vous !  Je sais, c’est frustrant mais la jalousie est-elle une raison suffisante pour la démolir ? 

Votre article caricatural dessert il me semble la juste cause de la décroissance.  Votre manichéisme et radicalité sont contreproductifs car le modèle que vous proposez n’est pas réaliste. Avec vous, nous sommes trop souvent dans la tyrannie de l’écologie, dans le mythe du surhomme parfaitement cohérent et respectueux de l’environnement. Or, ce n’est pas en visant la perfection que l’on pourra modifier les mentalités mais en permettant à chacun de réfléchir aux améliorations possibles en lui exposant, encore et toujours, les manipulations du système. 

« L’homme ne peut pas accomplir de grandes choses sur cette terre. Mais il peut accomplir de petites choses avec amour » disait Mère Teresa. Conserver  à bord tous ses déchets ou couper le robinet lorsque l’on se lave les dents, cela ne sauvera certes pas la planète mais c’est un début ! 

Si l’on souhaite éviter l’hypocrisie ou la dictature, il est indispensable de placer l’homme au cœur de sa propre réflexion : à chacun de décider de son niveau de cohérence entre sa vie et ses valeurs ! A chacun de se convaincre des avantages de l’action écologique ! Voilà pourquoi je préfère l’expression « simplicité volontaire » au terme « décroissance ».

J’ai trop souvent le sentiment que La Décroissance n’est pas le journal de la joie de vivre qu’il prétend être mais plutôt le journal de la frustration d’objecteurs de croissances plus ou moins aigris. Vos articles sont intéressants mais l’idéologie sous-jacente sent le renfermé. D’ailleurs, vous êtes tellement repliés sur vous-même que vous osez écrire « Attention aux infiltrations » !  La décroissance serait-elle une idéologie déposée ?  Devons-nous vous demander l’autorisation avant d’en parler ? 

Pauvres intervenants du site www.decroissance.info traités sans aucun procès de « pseudo-libertaires haineux et refusant toute limite » !  C’est vrai qu’en matière de limite, vous vous y connaissez : il n’y a que les vôtres ! 

Menez-vous donc Monsieur Cheynet une vie tellement exemplaire qu’il vous est possible de tout juger d’en haut ?  Tout casseur (de pub) que vous êtes, l’intégralité de votre existence est-elle bien conforme à vos prêches ?  N’avez-vous vraiment ni télévision, ni portable, ni voiture ?  Ne prenez-vous jamais l’avion ? Ne consommez-vous que du bio sur les marchés ou dans de petites boutiques ?  Et comment vous chauffez-vous ?  Comment réalisez-vous votre journal ? Comment vous habillez-vous ?

J’ai idée qu’en matière d’écologie, vous agissez comme chacun d’entre-nous : vous faites de votre mieux !  Mais comme vous vous permettez de critiquer ceux qui le font, de leur mieux, et que vous vous payez même le luxe d’humilier ceux qui vont un peu au-delà (en leur raccrochant au nez par exemple (2)), vous méritez bien le titre d’écotartufe du mois prochain.  Vous verrez, on n’est jamais mieux servi que par soi-même !


Le Mendiant
Le pire n'est pas une fatalité! Parlez-en autour de vous...
 

PS : je tiens à préciser que je ne suis fan ni de voile, ni de Maud Fontenoy.  Il me semble simplement que quelqu’un qui réalise de tels exploits et qui déclare « On vit trop dans la tristesse, la morosité. J’ai envie de donner [aux jeunes] un souffle, de leur dire : la vie est belle, lancez-vous, allez au bout de vos rêves, c’est possible, rendez-vous heureux. Ce n’est pas une question de gros bras, d’argent, mais de passion. » (Figaro, 17 avril 2004) mérite un traitement un peu plus objectif et nuancé!


(1) Qui me l'a renvoyé sans le lire, ainsi que le mail d'explication qui suivait... Du coup, j'ai demandé la résiliation de mon abonnement!

(2) M. Vincent Cheynet m'a raccroché en nez lorsque je lui ai demandais s'il ne pouvait vraiment pas relayer l'opération Lib'airté et mon conte écologique gratuit De l'air! dans sa publication. Un bel exemple de décroissance... des rapports humains!


Publié dans COUPS DE GUEULE

Commenter cet article

sideritis 17/04/2012 21:31


 


Je trouve ce coup de gueule très raisonnable. Je suis abonné à la décroissance et cela me pèse depuis quelques temps de lire ce catéchisme ainsi que les anathèmes
dont il est truffé. C'est bien dommage car il y a là des articles intéressants. Je cherche dans un journal, de l'information et non de l'endoctrinement. En effet, je me fais moi-même mon opinion.
C'est bizarre ? Je sais bien que les décroissants n'ont pas de projet, mais cela ne me dérange pas, car je n'en n'ai pas non plus. La rubrique « simplicité volontaire » me désole quand
elle ne me choque pas : on montre des gens genre « boy-scout » (pas grave), mais ce sont toujours des petits chanceux ou des privilégiés (je ne parle pas d'argent mais de ce que la
nature et la famille leur a apporté, santé, éducation, diplôme, intelligence). Je voudrais voir ces gens s'ils étaient ouvriers au smic, sans instruction, élevés comme moi en cité HLM. Il y a
quelques temps, la rubrique « la saloperie que l'on achètera pas » descendait en flèche... le PACS ! Je ne savais pas que le PACS était un objet de consommation ! Je leur ai
dit ma façon de penser par mail (ils s'en fiche ! Pas de réponse). Moi, je leur ai dit ce que je pensais du mariage bourgeois que la moitié des jeunes ont abandonné. Raoul Anvélaut dans cet
article s'offusquait de ce que, une maire écolo à dit à deux pacsés « vous ferez ce que vous voudrez » ! Incroyable : il avoue qu'il ne veut pas que les gens fassent ce qu'ils
veulent de leur vie !!! J'y crois pas !!! Et Vincent Cheynet s'offusque que le journal « l'Humanité » assimile « la décroissance » aux droites dures
catholiques ! Je crois que c'est bien cela, en effet. Et comme la vérité fâche, Cheynet dit que l'Humanité est subventionné par le marchand d'armes Lagardère ? Ce qui est faux.
Lagardère a mis des billes dans le capital de l'Humanité par l'intermédiaire d'un groupe d'investisseurs désirant aider la presse en général (et le PC est toujours majoritaire avec les lecteurs
et le personnel). Cheynet se déchaîne en parlant de tradition des procès de Moscou, etc, et toutes les chapelles de gauche en prennent plein la gueule ! Au fait, il a bossé chez Publicis, il
a sévi et intoxiqué les gens. Moi, jamais ! N'en déplaise aux moralisateurs de la décroissance, ils représentent un mouvement pétainiste. CQFD


 

Le Mendiant 18/04/2012 09:26



J'ai abandonné aussi la lecture de ce journal il y a quelque temps. A l'époque, ils commençaient même à se tirer dans les pattes entre objecteurs de croissance... C'est dommage parce que le
potentiel intellectuel et les idées étaient là... mais nous étions quand même - à l'exception de la rubrique "simplicité volontaire" - à des années lumières de la "joie de vivre".


En dépit de leur dogme, je n'irai néanmoins pas jusqu'à les traiter de "mouvement pétainiste"!


Frat'airnellement,


Le Mendiant


 



Le Mendiant 13/08/2009 15:18

Mon petit article (qui je le rappelle était destiné à M. Cheynet qui me l'a retourné sans le lire) fait décidément réagir et c'est tant mieux car je ne prétend certainement pas détenir la vérité sur un tel sujet."L'heure n'est ni aux compromis, ni aux compromissions. Tout ce qui nuit à l'écologie renforce l'irréversibilité de notre disparition" écrit Steph.La question est donc bien de savoir si l'approche radicale pronée par M. Cheynet est oui ou non constructive vis à vis de l'écologisme.  Oui, le journal la décroissance est un excellent réveil pour les neurones et je continue de l'acheter tous les mois, ne serait-ce que pour les articles de Paul Ariès. Non, je ne pense pas que critiquer tous les "impures" fasse avancer la cause et je préfère le terme de "simplicité volontaire"Oui, il convient bien de dénoncer les politiciens écotartuffes (les verts ou Cohn Bendit par exemple) et les industriels adeptes du greenwashing. Non, il est selon moi contreproductif de s'en prendre à ceux qui font de leur mieux et ne se revendiquent pas militants écologistes, Maud Fontenoy par exemple) Et il est scandaleux d'attaquer des "confrères" tels que Alain Duez du Journal L'Age de Faire ou du site ladecroissance.org L'exemple de Yann-Arthus Bertrand, rencontré dernièrement. Il ne prétend pas donner des leçons et invite chacun à apporter sa touche à la cause, en fonction de ses moyens. Evidemment que son mode de vie et ses déplacements en hélico sont contradictoires!  Mais son film et ses photos participent néanmoins à la prise de conscience... et font donc avancer la cause! D'ailleurs, en cherchant bien, j'ai finit par trouver (dans le journal La Décroissance) une incohérence dans la vie de M. Cheynet:  M. Cheynet consommerait du Nescafé!  Comme le fait remarquer un lecteur, Nestlé est pourtant l'exemple type de la société boycottée. Comme quoi, et je suis bien placé pour le savoir, personne n'a un mode de vie exemplaire!Cordialement,Le Mendiant 

jacques Moreau 05/08/2009 02:38

Comme a pu le rappeler le journal "la décroissance", il ne faut pas confondre compromis et compromission.Même si Mr Cheynet devrait donner des priorités à ses attaques(choisir ses cibles par niveau de nocivité), l'heure n'est ni aux compromis, ni aux compromissions.Tout ce qui nuit à l'écologie renforce l'irréversibilité de notre disparition. Nous comptions en dizaines d'années, il nous faudra compter en année. Toutes nos ressources frôlent l'épuisement quand on les ramène à l'échelle humaine (qui pourtant est infime sur l'échelle de la terre). L'eau douce, les minerais, le pétrole, les terres arables, les espèces. Le reste est pollué.Couper l'eau du robinet ne suffit plus. Tenter de concilier l'écologie avec une logique de marché est criminel.Oui, il faut que le message de la décroissance soit pris au sérieux, il devrait être un enjeu mondial. Seule l'information peut ouvrir les consciences. Les médias étant quasiment tous liés au marché, nos consciences travaillant toujours avec des schémas barbares (je prends, je tue, ou je jette), il me semble que nous ne sommes pas mûrs pour la survie.Mr Cheynet est dans la lutte. Rassurez-vous détracteurs, il est un Don Quichotte face à des moulins nucléarisés. Chacune de nos critiques envers ce Don Quichotte apportera de l'eau à leurs moulins. 

steph 22/07/2009 11:56

bonjourmoi j'adore les articles de VCheynet. Quand il s'en prend aux traîtres (les verts), on dirait du gauchisme sorbonnard tendance torquemada en vraiment plus marrant, du bon mâoîsme franchouillard retouché sur photoshop. De la vraie littérature des années 30 à dénoncer les comportements de tout le monde, des vraies vpères lubriques ces écotartuffes !!! de telles caricatures sont normales, ils sont le propre des nouveauxconvertis.N'empêche que la décroissance.org reste le poil à gratter des écologistes notables.continue Vincent, au moins on se marre avec toi  !Et c'est tant mieux!  

Duez Alain 13/07/2009 16:22

Bonjour,Mon ami le Mendiant, bien que nous n'ayons pas publié ses contes dans l'âge de faire..., rappelle dans un commentaire ci-dessus la parution d'un article pleine page dans La Décroissance concernant ma manière de diriger l'entreprise l'âge de faire. Article "bien documenté" dis-tu le Mendiant... un tissus de mensonges que le tribunal de Gap (05) vient de sanctionner en condamnant, une première, il en faut une ! Vincent Cheynet et son association Casseurs de pub pour diffamation sur ma personne. Sa journaliste et compagne Sophie Divry ayant réalisé cette article sur dénonciation téléphonique et courriels sans le moindre sans le moindre contrôle contradictoire.  
Ils ont fait appel de cette décision.
Très cordialement, Alain Duez.