La crise et la simplicité volontaire...

Publié le par Le Mendiant

2009 ne s’annonce pas, paraît-il, sous les meilleurs hospices…

La crise économique, qui devrait être durable, est pourtant une formidable occasion de passer enfin à la simplicité volontaire!

Alors que la décroissance (pardon, la « croissance négative ») menace, alors que les entreprises prennent prétexte du ralentissement pour se délester de leurs « ressources humaines », seul un sursaut humaniste permettra de surfer la vague défaitiste.

Le pouvoir d’achat est en berne ?  Profitez-en pour renoncer aux temples de la surconsommation que sont les hypermarchés. En achetant local ou bio, vous ferez de substantielles économies, notamment parce que les tentations en gadgets inutiles et polluants y sont moindres (autres arguments dans le conte alimentaire  « bon appétit »)

Le chômage menace ?  Profitez-en pour réfléchir à vos motivations, rappelez-vous que votre première richesse est votre cerveau et bâtissez un projet sur un créneau véritablement utile à la société. Un travail enthousiasmant est le plus grand cadeau que vous puissiez vous faire ! « Le secret du succès est de faire coïncider vocation et vacances » disait Mark Twain.

La précarité s’accroit ?  La figure du mendiant philosophe est rare et la simplicité volontaire ne saurait facilement s’appliquer aux plus démunis. Il faut « avoir » pour être capable de décider d’en « avoir moins », pour agir au lieu de réagir et commencer à mieux partager.  Pas de simplicité volontaire véritable en effet sans générosité à l’égard des plus défavorisés, si possible hors des circuits médiatiques manipulatoires.

Les médias enchaînent les mauvaises nouvelles et les émissions racoleuses (avec ou sans pub) ?  Mais qu’attendez-vous donc pour passer à d’autres sources d’information et de divertissement ?  La méthode la plus radicale pour transformer sa qualité de vie demeure encore et toujours de balancer son téléviseur !

A l’heure des bonnes résolutions, je vous souhaite une année 2009 pleine de joie et de réflexions constructives, sur le chemin d’une simplicité véritablement revendiquée.

« Ne confondons pas ce qui est naturel et ce qui est habituel » disait Gandhi. Afin de ne pas subir de plein fouet les conséquences des politiques absurdes menées depuis des décennies, décider de changer consciemment de voie n’est-il pas la meilleure hygiène possible ?
 
Amicalement,

Le Mendiant

Publié dans REFLEXIONS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Yvan Burtin 15/08/2009 15:57

La simplicité volontaire, joli terme !Je vous en propose un supplémentaire:Lorsqu'on ose manifester son besoin de liberté, d'écologie et de sens critique de l'économie inhumaine on est tout simplement un "liberécol'oc" !  (un nouveau mot, pourquoi pas, explicite et réaliste qui ouvre à la réflexion, qui établit le lien...)Je le suis, comme je suis aussi un citoyen planétaire, tout simplement !(www.ufpp.org)Puisque nous sommes rentrés dans le deuxième semestre, déjà, et que les bonnes résolutions ont été prises lors des rencontres, colloques et universités d'été, j'en profite pour vous souhaiter ainsi qu'à tous les lecteurs de ce blog, une bonne fin d'année 2009 !YB