L'aliment'Action: le bon sens Bio...

Publié le par Le Mendiant

Le bon sens Bio…

 

Plus sérieusement, on en a vite assez de passer son temps à décrypter les « petits caractères » pour ensuite reposer les trois-quarts des produits en rayon. Les produits bons et sains existent en hypermarchés mais les découvrir s’apparente à une véritable chasse au trésor.

 

Vous n’avez pas de temps à perdre ? Il peut être alors profitable d’orienter ses achats vers les magasins bio.

Ca coûte trop cher ? Cette croyance a effectivement la vie dure et c’est vrai que, produit par produit, il y a une différence de l’ordre de 10 à 20%. Pourtant, globalement, le consommateur s’y retrouve largement. Voici pourquoi :

 

Comme il y a moins de « tentations » dans les magasins bio, les caddies se trouvent automatiquement allégés ! Exit notamment toutes les sucreries (savez-vous que les bonbons gélifiés non bio contiennent de la gélatine d’origine animale fabriquée à partir d’os et de peaux de bovins ou de porcs ?) et les « gadgets » du marketing qui pèsent lourdement sur le budget.

 

Les magasins bio proposent souvent des solutions innovantes et économiques : remplacer sa lessive « classique » par des noix de lavages permet, par exemple, d’économiser des centaines d’euros à l’année, tout en préservant l’environnement. Remplacer ses produits cosmétiques (souvent nocives pour la peau) par des huiles végétales idem. Se soigner par les huiles essentielles itou.

 

 Les magasins bio proposent peu de plats cuisinés, articles parmi les plus coûteux des grandes surfaces : faire sa cuisine soi-même a toujours été une manière d’économiser et de redécouvrir le plaisir des vrais aliments… Faire pousser soi-même ses graines germées permet aussi des économies substantielles sur le coûts des vitamines et autres suppléments alimentaires…

Dessin Jean Philippe Combaz pour Satoriz

 

 Les magasins bio proposent un assortiment réduit de viandes et de fromages, ce qui incite à en consommer moins souvent. Economies substantielles et artères moins encrassées à la clé!

 

 Comme les produits sont de bien meilleur qualité nutritionnelle, ils remplissent mieux le ventre et il en faut moins à sentiment de satiété équivalent. Faites donc l’expérience avec un biscuit du grand commerce et un biscuit complet bio…

 

 Les produits bio sont meilleurs pour la santé et il est de notoriété que celle-ci n’a pas de prix !

 

 Globalement, le rapport qualité/prix est sans contexte à l’avantage des magasins bio. En effet, une bonne proportion du coût des grandes marques sert à payer les frais de marketing et de publicité. Dans le bio, le coût est essentiellement celui des matières premières !

 

 Les magasins bio ont une taille plus restreinte : on va à l’essentiel et on perd moins de temps. Or, le temps, c’est aussi (paraît-il) de l’argent !

 

 Les magasins bio distribuent souvent des magazines fort intéressants (Biocontact, Sat’Info) qui aident à mieux consommer et à mieux vivre. Conséquence directe de cette information de qualité : on se fait ensuite moins souvent arnaquer. Avouez que cela vaut aussi son pesant de cacahuète…

 

 Enfin, les magasins bio sont plus respectueux des hommes et de l’environnement et cela, vous en conviendrez, vaut largement tous les autres arguments !

 

Vous pouvez venir plus ou moins progressivement au bio mais c’est en sautant le pas que vous ferez les vraies économies. La décision est simple à prendre : il suffit de changer de lieu d’achat ! Quoi de mieux en effet que de nouveaux rayons pour modifier ses habitudes alimentaires ?

 

A longueur d’antenne et à longueur de pub, le système essaye d’endormir notre vigilance en nous berçant d’illusions. Et il a raison car nous serions redoutables en consomm’Acteurs éclairés ! Voter pour un produit plutôt que pour un autre, dans un lieu plutôt que dans un autre afin de sanctionner une pratique ou, au contraire, en favoriser une autre : notre pouvoir d’achat est un pouvoir de choix !

 

Choisir le bio (ou les produits du terroir via les marchés ou les AMAP), c’est dire clairement non à quantité de dérives. C’est faire le choix du vrai sur l’artificiel, de l’être sur le paraître, du sain sur le nocif, de la proximité sur le lointain, de l’homme sur la finance. C’est refuser la norme et la bergerie. Bref, c’est gagner en liberté et en bien-être…

Fin du petit guide de l'aliment'Action!  Commentaires ?


 

Commenter cet article