L'aliment'Action: fruits et légumes...

Publié le par Le Mendiant

Fruits et légumes…

 

« An apple a day keeps the doctor away (une pomme par jour et plus besoin de docteur !) » dit un dicton anglais. Voilà qui est sans doute exagéré : les nutritionnistes recommandent en fait cinq portions de fruits et légumes par jour, si possible dans un groupe et une couleur différents:

 

Crucifères : tous les choux, brocolis, radis, navet, cresson, colza, moutarde,… Ces aliments sont particulièrement côtés car ils sont riches en phytonutriments soufrés qui nous aident à lutter contre les molécules procancérigènes de l’environnement. Le brocoli et la choucroute, du fait de la fermentation du choux, seraient particulièrement intéressants. (Thierry Souccar, La vérité sur les légumes anticancer, Sciences et Avenir, Octobre 2003, p. 64)

 

Légumes verts et jaunes : carottes, haricots, maïs, salade, épinards, etc.

 

Fruits jaunes et oranges : les agrumes, melon, abricot, brugnon, pêche, mangue,…

 

Fruits verts : pommes, poires, kiwi,…

 

Fruits violets, noirs ou rouges : les baies, les raisins, les cerises, les prunes mais aussi la tomate, qui n’est pas un légume !

 

A cela, nous pourrons rajouter quelques fruits oléagineux : noix, noisettes, amandes, pignons. Afin d’en faciliter l’assimilation et réduire les risques d’allergies, nous les tremperons quelques heures ou les rincerons avant consommation. Enfin, n’oublions pas l’ail et les oignons, champions des phytonutriments avec plus de 50 espèces différentes : une étude a montré que dans les régions chinoises qui consommaient le plus d’ail (au moins 20 gr par jour et par personne), le taux de cancer des voies aérodigestives pouvait être treize fois inférieur que dans d’autres zones du pays. (Denis Riché, Mangez des pommes !, Sport et Vie, Septembre-Octobre 1997, p. 73. ) A rajouter aussi si possible à tous nos plats : les herbes aromatiques, bourrées de vitamines, de sels minéraux et d’oligoéléments!

Dessin Jean Philippe Combaz pour Satoriz

 

La préférence devrait aller au bio (ou au moins à l’agriculture raisonnée): selon une étude de la commission européenne, 53% des fruits, légumes et céréales consommés en France en 2002 contenaient des résidus de pesticides ; 5,5% dépassaient même la norme légale. En 2005 et selon les limiers de Bercy, 6,7% des fruits et légumes analysées contenaient des résidus de pesticides en quantité supérieure aux normes légales. « Les salades, surtout celles que vous achetez en hiver, sont parmi les aliments les plus traités » avertit Jean-Louis Gérard de la DGCCRF […] En Picardie, les pommiers sont traités 27 fois par an en moyenne ! « Les pesticides sont nocifs quel que soit le niveau d’exposition, car ce n’est pas la dose qui fait le poison mais sa répétition, même infiniment petite, tout au long de la vie. » rappelle le cancérologue Dominique Belpomme. (Capital N°185, Février 2007, p. 68)

 

Personne n’en est encore mort mais, si l’aliment n’est pas bio, mieux vaut le laver et l’éplucher correctement. Malheureusement, comme les vitamines se concentrent davantage en périphérie qu’au cœur des fruits et légumes, le légume ou fruit épluché perd de son intérêt nutritionnel. Le bio permettra ainsi de gagner du temps, de l’eau et des nutriments pour un prix à peine supérieur à des fruits et légumes honteusement traités.

 

Nous consommerons les fruits et les légumes crus et cuits en proportion similaire car un excès de fibres (le cru) entraîne des ballonnements. Nous ferons cuire les tomates afin de bénéficier du puissant effet antioxydant du lycopène. La cuisson des légumes se fera de préférence à la vapeur. Nous privilégierons les fruits et légumes de saison et éviterons de les préparer trop longtemps à l’avance et de les couper en trop petits morceaux, afin de ne pas exposer trop de surface à la lumière et à l’oxygène (ce qui créée une oxydation et une perte de vitamines). Les carottes râpées ou salades toutes prêtes du commerce n’ont donc que peu d’intérêt, même si leur consommation reste évidemment préférable à d’autres types de préparations.

 

Riches en fibres, les fruits et légumes facilitent le transit intestinal, aident à prévenir le cancer, apportent une protection contre les maladies cardio- et cérébro-vasculaires, tout en favorisant le sentiment de satiété. Les fruits, légumes et céréales germées ont un autre avantage : ils contiennent du glucose ou du fructose (qui se transforme facilement en glucose). Or le glucose est le premier aliment nécessaire au bon fonctionnement du cerveau ! « An apple a day keeps the psy away » ?

 

Suite de l'aliment'Action: le bon ordre alimentaire...

Commenter cet article