Pollutions: les abeilles décimées par la chimie

Publié le par Le Mendiant

Dossiers Pollutions

Les abeilles décimées par la chimie

 

« Si l'abeille disparaissait de la surface du globe, l'homme n'aurait plus que 4 années à vivre; plus d'abeilles, plus de pollinisation, plus d'herbe, plus d'animaux, plus d'hommes...» disait Einstein. En effet, 20 000 végétaux et 40% des plantes cultivées dépendent des abeilles pour être cultivées.  Selon Bernard Vaissière de l’Inra, « la production de 84% des espèces cultivées en Europe dépend directement de la pollinisation par les insectes. Ces insectes pollinisateurs sont pour l’essentiel des abeilles, dont il existe plus de 1000 espèces en France. » Et pourtant, malgré le danger, des milliards d’abeilles ont pourtant été occises par des poisons légaux depuis une dizaine d’années… 

 

La revue anglaise Sciences, parue le 21 juillet 2006, confirmait une baisse des abeilles sauvages de 52% en Grande-Bretagne et de 67% aux Pays-Bas par rapport à la situation précédant les années 1980. En France, les apiculteurs perdent et restaurent chaque année une ruche sur quatre !  Depuis 1995, un tiers des colonies d’abeilles meurent chaque année en France !

 

Pourquoi ?  Les prédateurs les plus agressifs des abeilles sont, depuis 1993, les nouveaux insecticides dits systémiques. Les plus connus sont le Gaucho et le Régent, qui, devant l’hécatombe, furent très progressivement retirés du marché, de manière à permettre aux agriculteurs d’écouler leur stock…


Dessin Jean Philippe Combaz pour Satoriz 

 

 

Néanmoins, malgré l’interdiction de ces poisons depuis deux ans, la mortalité anormale des abeilles continue… Le séquençage complet du génome de l’abeille a en effet révélé que l’abeille domestique était plus vulnérable aux produits chimiques que la plupart des insectes… Or, sur les 100 000 substances chimiques commercialisées en Europe, seules 3% auraient été testées en matière d’innocuité…

 

Premier consommateur européen de pesticides (le marché français était évalué en 2000 à 28 milliards de dollars), quoi de plus normal que les abeilles françaises trinquent… au point que les colonies d’abeilles vivraient désormais mieux… en ville, à l’abris des pesticides !  Si elle n’est pas vite enrayée, cette exode rurale serait lourde de conséquences…

 

Et maintenant que faire ?

 

A part élever chez soi des abeilles, la seule solution à court terme est de faire pression sur l’agriculture intensive pour qu’elle limite l’utilisation des produits phytosanitaires chimiques. Comment ? En consommant massivement des produits Bio !   Vous pouvez aussi faire le tri dans vos placards et éliminer tous les produits chimiques (des produits naturels tout aussi efficaces existent) car si les abeilles souffrent, croyez bien qu’il en va de même des hommes, comme nous le verrons ultérieurement…


LE MENDIANT
Le pire n’est pas une fatalité. Parlez-en autour de vous…

 


Sources :
Première ouvrière de la biodiversité, l’abeille est en voie de disparition, Biocontact N°163, Novembre 2006, Henri Clément, p.6
Abeilles Toxico-sensibles, Le Point N°1797, 22 février 2007, Audrey Pinson, p.22
Champs toxiques, L’Express N°2904, 1er mars 2007, p. 105

Publié dans - dossiers pollutions

Commenter cet article

marine 06/03/2007 21:32

Une petite liste deds fleurs que vous pouvez planter dans les jardinières de vos balcons ou vos jardins à la campagne, plantes que les abeilles aiment à butiner:
Tournesol, Centaurées, Phacélies, Jonquilles,  plantes médicinales telles que: Thym, Romarin, Lavande, Menthe, Citronelle, Verveine