Exploitation: Les premières victimes de la Chine

Publié le par Le Mendiant

1 SCANDALE PAR JOUR : Exploitation

Les premières victimes de la Chine


Ce que dit la presse :

"L’impitoyable « grande marche en avant » d’une Chine qui s’est jetée à corps perdu dans une mondialisation dont elle définit désormais les règles. […] Ceux que l’on accuse parfois de nous « voler nos emplois » sont les premières victimes d’un système qui ne leur laisse pas le choix. Dans cet « atelier du monde » où, disent-ils, « on ne voit jamais le soleil », ils continuent à espérer un avenir meilleur."

Sources : Les soutiers du capitalisme chinois, Téléobs N°2210, 15 mars 2007, Jacques Guérin, p. 35 / Documentaire « Made in China », France 5, 20 mars, 20h40


Commentaires du Mendiant :

La croissance de la Chine est essentiellement bâtie sur l’exploitation d’une main d’œuvre malléable et courageuse, qui ne demande qu’à quitter la misère de la campagne pour être exploitée dans les villes tentaculaires. Les mingong ou travailleurs migrants sont près de 150 millions mais le réservoir de main d'œuvre est de 800 millions de paysans. L’exploitation n'est donc pas prêt de cesser, d'autant plus que les multinationales et les consommateurs n'ont pas encore l'air de vouloir prendre leurs responsabilités. Il est bien évident en effet que la sécurité sociale et le bien-être des ouvriers représente un coût ! Sommes-nous vraiment prêt à le payer ou recherchons-nous plutôt les prix les plus bas ?  

Evidemment, la décision pourrait être politique, à l’instar de ce que propose le cancéreux  à Jan-Jacques, dans ce passage du conte Le Mendiant et le Milliardaire :

– Quelle liberté ? Celle de turbiner à l’usine jusqu’à ce que les patrons vous foutent dehors ? J’ai bossé trente ans à fabriquer des casseroles. Et puis tout d’un coup, pouf ! plus rien. On ferme l’usine, RAS, vous pouvez dégager ! Tout ça parce que des Chinetoques acceptent de se faire encore plus exploiter… La société est vraiment dégueulasse. Quand je pense que les gens préfèrent économiser deux balles pour une casserole fabriquée dans des conditions inhumaines plutôt que d’aider des ouvriers comme nous… On se contrefout de la valeur du travail aujourd’hui : on achète parce que c’est pas cher ou parce qu’on l’a vu à la TV. Les gens sont même prêts à bouffer de la merde pour se payer des godasses à logo…
– Et que suggérez-vous de faire ?
– C’est tout con, mais il faudrait mettre des drapeaux sur nos produits et favoriser la consommation nationale. Il faudrait aussi augmenter les prix des produits étrangers.
– Ça, je ne suis pas sûr que ce soit possible…
– Et pourquoi non ? Si on rajoute à ces saloperies leur coût social, la pollution du transport et un salaire potable pour les ouvriers de là-bas, on arriverait au moins au même prix que les produits d’ici. Avec la différence, on pourrait financer le chômage, l’écologie et même le Tiers-Monde !
– Oui, mais si c’est plus cher, il y aura moins de consommation…
– Il y aura une meilleure consommation : plus de produits de chez nous et moins de chez eux.
– Et donc une guerre commerciale : ces pays refuseront ensuite d’acheter chez nous.
– Et pourquoi ça, puisque nous leur fourguons surtout des trucs de luxe et de technologie ? Ils ont plus besoin de nous que nous d’eux, mais nous sommes trop cons pour le comprendre ! C’est nous qui achetons leurs produits et leur donnons du boulot ! On baisse notre froc sous prétexte qu’ils sont plus d’un milliard et qu’il faut les équiper. On leur file notre technologie pour qu’ils puissent mieux nous entuber avec ! C’est qu’ils ne sont pas bêtes, vous savez. Rusés qu’ils sont ! Et trimeurs avec ça ! En plus, ils n’ont pas de scrupules puisqu’ils sont communistes. Vous avez vu ce qu’ils ont fait au Tibet ? Pourquoi faudrait-il mettre en péril notre économie pour aider ce régime-là ?


Le Mendiant
Le pire n’est pas une fatalité. Parlez-en autour de vous…

Commenter cet article

Erotica51 31/03/2007 19:12

Bonjour Le Mendiant
J'aime votre regard sur ce qui se passe dans ce monde. Un soupçon d'ironie et pourtant tout est dit...
Mais comment faire pour faire réagir et ouvrir les yeux à une population  devenue passive à force de privations ? Pendant ce temps,dans les hautes classes, nos politiciens s'enrichissent et s'offrent des diners de 4 heures...pas etonnant que les veaux sont si gras à la tête de ce pays !
Je vous mets dans mes blogs à decouvrir et ensuite sur mon site.
Marie la Champenoise