Pollutions: La pollution des intérieurs

Publié le par Le Mendiant

1 SCANDALE PAR JOUR : Pollutions


La pollution des intérieurs


Ce que dit la presse :

« Entre douze et quinze heures par jour, nous respirons un air bien plus pollué que celui de nos rues. Et ça se passe chez nous, à la maison ! […] Dans un logement sur deux, le taux de poussières fines (venue entre autres des sols plastique) est supérieur au maximum acceptable pour l’air extérieur. […] Les fabricants de meubles, entre autres, pourraient être obligés d’afficher les niveaux d’émission de leurs bois contreplaqués et agglomérés.»

Source : Pollution domestique, Capital N°185, Février 2007, Vincent Nouzille, p. 66

Commentaires du Mendiant :

O.K., nous nous doutions bien que nos produits ménagers n’étaient pas tous composés d’extraits de plantes... Nous savions aussi, au moins depuis fin 2004 (Article de Que Choisir) que les déodorants d’intérieur étaient néfastes pour notre santé. Cela nous a permis de faire un tri sélectif et, désormais, pensions-nous, nos intérieurs respiraient le propre au naturel… C’était sans compter sur la perversité des industriels…

Nos murs ? Affectés via les peintures (à un niveau toutefois moindre qu’autrefois). Nos sols ? Affectés via les moquettes, les PVC ou la plupart des parquets. Nos meubles ? S’ils ne sont pas en bois massifs, affectés aussi ! « Le formaldéhyde, ou formol, sert de liant dans les peintures, les colles et les meubles en contreplaqué et aggloméré, entre autres. Ses particules irritent les voies respiratoires. » clarifie le magazine Capital (op. cit., p. 66)

Bref, nous avions apparemment oublié que les bois « industriels » subissaient, comme tout produit industriel digne de ce nom, une pléthore d’ajouts chimiques… Le concept de prix plancher pour des meubles à monter soi-même recélait donc un piège ! Morale de l’histoire : la qualité se paye mais le manque de qualité aussi !


Quelques pistes de Consomm’Action :

Pour voir à quel point nous sommes cernés chez nous, consultez l'excellent site interactif : www.chemical-cocktail.org

Ensuite, que faire ?  A moins de déménager dans un appartement ou une maison certifié écologique, on ne peut échapper aux produits chimiques. Tout juste pouvons nous éviter d’en rajouter en nous meublant en massif  plutôt qu’en aggloméré ou en nous débarrassant des sols trop polluants…

S’il n’est pas possible d’agir en amont, reste la solution de l’aval : purifier son air intérieur via l’utilisation d’un diffuseur d’huiles essentiels électrique. Attention aux arnaques : la plupart des appareils du marché se contentent de sentir bon. Un diffuseur efficace brisera et projettera dans l’atmosphères, à froid, les molécules des huiles essentielles. Ce sont ces molécules qui,  agissant en profondeur, purifieront et ioniseront l’air ambiant. Aucune odeur n’y échappe et certaines huiles viendraient même à bout des redoutables staphylocoques dorés…  Que les hôpitaux n’aient pas davantage recours à l’aromathérapie reste ainsi l’un des grands mystères de la médecine moderne… Pour plus d’info sur cette méthode de soins, voir www.oasis-centre.com


Le Mendiant
Le pire n’est pas une fatalité. Parlez-en autour de vous…

Publié dans - scandales pollutions

Commenter cet article