Alimentation: S’affranchir des marques

Publié le par Le Mendiant

1 SCANDALE PAR JOUR : Alimentation


S’affranchir des marques


Ce que dit la presse :

"Grosso modo, la publicité et le marketing représentent de 8% à 10% du chiffre d’affaires d’un fabricant type [gros groupe agroalimentaire] ; le commercial 4% ; le transport et la logistique, 4% également. Sans parler des budgets consacrés à la recherche et au packaging… Pas besoin de telles dépenses pour les marques de distributeur, qui se contentent souvent de copier les « grandes ». […] « Que Choisir » s’est penché, au printemps 2004, sur la question. Conclusions du magazine : les MDD [marques des distributeurs] « font bien souvent jeu égal avec les marques nationales » […] 67% des consommateurs, selon Nielsen, considèrent désormais que les MDD sont au moins aussi bonnes que les nationales. […] Côté packaging, en revanche [censuré] a encore des progrès à faire. « Cheap », « horrible », « low cost », c’est peu dire que les commentaires ont manqué d’enthousiasme."

Source : Les Français raffolent des marques maisons, Nouvel Observateur N°2211, 22 mars 2007, Nathalie Funès, p. 104  

Commentaires du Mendiant :

Au regard des saloperies chimiques que les « grandes » marques mettent dans leurs produits, les grandes surfaces n’allaient quand même pas se priver pour faire aussi mauvais, d’autant plus que ce sont souvent les mêmes fabricants… Donner un bon goût est facile : il suffit de rajouter les mêmes arômes chimiques ! Mais c’est la base utilisée, aussi peu raffinée que possible, qui donne sa qualité nutritionnelle aux aliments, pas la sensation en bouche.

Curieuse, tout de même, notre attirance pour les marques. Sommes-nous vraiment persuadés qu’elles sont de qualité supérieures uniquement parce qu’elles passent à la télé depuis des années ?  A bien y réfléchir, ce devrait même être le contraire : plus le produit est médiocre et plus il doit passer à la télé pour toucher le « temps de cerveau disponible » !

Enfin, depuis quand un packaging « low cost » reflèterait-il la qualité intrinsèque d’un produit ?  Avez-nous besoin de couleurs vives et de slogans santé pour croire que ce que nous mangeons est de qualité supérieure ?   La seule indication qui vaille, c’est l’étiquette !  Et si une majorité des consommateurs prenait le temps de la lire (et de la comprendre), alors il n’y aurait plus grand monde dans les linéaires des hypers…

Quelques pistes de Consomm’Action :

La rédaction du Nouvel Obs, n’écoutant que son courage, avait décidé, pour son article, de réaliser en aveugle un test de biscuits... Dommage qu’elle n’ait pas poussé le vice jusqu’à rajouter dans le test des équivalents de biscuits bio… : elle aurait découverts que le packaging ne pèse pas grand chose face à la qualité intrinsèque des produits et qu’un biscuit bio tient bien mieux au ventre que son équivalent du grand commerce…

 


Le Mendiant
Le pire n’est pas une fatalité. Parlez-en autour de vous…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Franck 03/04/2007 12:13

Très fort ton blog! il pose de vraies questions. Il pourrait devenir le rendez-vous francophone de la contestation. Bravo!