Exploitation: Des adultes génétiquement irresponsables ?

Publié le par Le Mendiant

1 SCANDALE PAR JOUR : Exploitation

 

Des adultes génétiquement irresponsables ?

 

Ce que dit la presse :

 

"La réalisatrice Véronique Mauduy se risque à plaider la crise d’adolescence passagère auprès d’une femme sergent. Non, pour elle, tout comme pour les parents interrogés, ces enfants sont mauvais, il faut les dresser. Le téléspectateur regarde les parents et n’en pense pas moins, se demandant si leurs divorces, leurs angoisses, leur tyrannie ne seraient pas la source des problèmes. […] La cure d’inhumanité dure cinq mois […] Deux fois par jour, ceux qui ne sont pas assez brisés […], bref les vivants, ceux-là reçoivent des cachets de [censuré]. Un calmant inquiétant, selon les avis circulant sur internet. […] Adultes, sommes-nous devenus à ce point fous ?"

 

Sources : Rééducation militaire, Téléobs N°2211, 22 mars 2007, Colette Mainguy, p. 50 / « Envoyé Spécial » : « Eagle Academy, des ados bien dressés », France 2, 19 mars, 20h50

 

Commentaires du Mendiant :

 

A ainsi traiter les enfants comme des chiens, il va falloir remettre au goût du jour le fameux dicton : « Il n’y a pas de mauvais chiens, il n’y a que de mauvais maîtres » Mauvais parents ? Mauvaise société, surtout, qui tolère ce type de pratiques : veut-on créer des moutons consommateurs ou des citoyens responsables ?

Les Etats-Unis sont l’exemple à suivre pour doper le business.  Etape 1 : Abreuver les enfants de snacks et de boissons sucrés afin de les rendre hyperactifs.  Etape 2 : Les saouler à coups de cocktail d’antipsychotiques et de calmants afin de les rendre moins hyperactifs. Etape 3 : Interner tous ceux (Plus de 10% des américains de 18 ans seraient touchés par une maladie mentale) qui ne résistent à ce traitement schizophrène…

Nota : ce traitement de cheval sera bien plus facilement accepté si l’on fait croire que la « méchanceté » ou la délinquance des jeunes sont des facteurs génétiques innés (des maladies donc, qu’il convient de diagnostiquer) qui n’ont rien à voir avec l’environnement familial et médiatique, rien à voir avec la qualité nutritionnelle des aliments et surtout rien à voir avec la violence du système néolibéral… C'est ce qu'affirme l'un des candidats et on le comprend car cela lui évite de s'interroger sur le système qui le nourrit...


Le Mendiant
Le pire n’est pas une fatalité. Parlez-en autour de vous…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jalaquesnacc 15/04/2007 10:24

Un petit commentaire sur l'artice, mais avant, mes vives félicitations pour ce blog.La question de l'innéité des troubles du comportements, tout en étant perçue par les généticiens encore intègres comme une dangereuse dérive vers des idéologies eugénistes, est latente dans les discours... comme Mr Sarkozy dans sa conversation avec Onfray dans Philosophie Magazine.Je vais faire un lien sur mon blog vers le tien, cher "Mendiant"..., il est d'utilité publique.