Santé: Les médecines alternatives

Publié le par Le Mendiant

1 SCANDALE PAR JOUR : Santé

 

Les médecines alternatives

Ce que dit la presse :

« Longtemps méprisées, les médecines alternatives sont en passe d’être adoubées par la médecine dite conventionnelle. Car l’engouement du public est là. Incontestable. Dans les années 1980, un Français sur trois avait recours à ces médecines […] Vingt ans plus tard, ils sont deux sur trois. De « douces » puis « parallèles », elles sont devenues « alternatives », « complémentaires » et plus récemment « non conventionnelles » et même « intégrées ». […] En France, seules deux pratiques, l’acupuncture et l’homéopathie, sont reconnues par l’Ordre national des médecins et, à conditions qu’elles soient exercées par des médecins, remboursées par la Sécurité sociales. […] Selon une enquête réalisée en 2005 auprès de généralistes parisiens, face à un patient insomniaque, 80% prescrivent un somnifère, 12% la phytothérapie et 2% l’acupuncture. »

Source : La réussite des médecines alternatives, Sciences et Avenir N°720, Février 2007, Sylvie Riou-Milliot, p. 40


Commentaires du Mendiant :

Avec seulement deux pratiques reconnues, nous sommes encore bien loin de l’  « intégration » des thérapies naturelles dans le système de soins!   Ce n’est pas non plus demain que les médecins seront formés aux thérapies les plus efficaces… Les labos peuvent dormir tranquille (avec leurs somnifères): le système allopathique reste bien verrouillé et l’ordre des médecins continue sa « chasse aux sorcières » vis à vis de tous ceux qui transgressent le dogme du tout chimique…  Quelques exemples sur le site du mendiant www.lemendiant.fr

Le danger pour le business, c’est que les médecines "alternatives" remettent en cause le fondement même de la médecine moderne : au lieu de ne traiter que les symptômes au travers d’un arsenal chimique de plus en plus poussé (et donc dangereux), les thérapeutes parlent de « terrain », considèrent le malade dans sa globalité et renforcent le système immunitaire des malades. Objectifs visés: retrouver la vrai santé et tomber moins souvent malade ce qui, convenons-en, serait désastreux pour les comptes des labos !  Des améliorations rapides mais de courte durée, une dépendance de l’organisme qui se forme et des effets secondaires en pagaille sont évidemment bien plus rentables…


Quelques pistes de Consomm’Action :

En l’absence de remboursement, se soigner au naturel requiert un minimum d’investissement et de courage. Pour se renseigner, tout d’abord, puisque les médecins sont très mal formés (aux thérapies naturelles mais aussi à la nutrition ou à l’hygiène). Internet offre des sites sérieux (par exemple www.soignez-vous.com) pour tous les petits soucis du quotidien mais, pour les pathologies sérieuses, l’avis d’un spécialiste reste évidemment essentiel.

Les huiles essentielles offrent des solutions naturelles pour quasiment tous les problèmes mais les principes des HE sont tellement actifs que leur maniement nécessite le respect de règles simples mais rigoureuses. Voir le site www.oasis-centre.com

L’homéopathie est très développée en France et répond également à un très large spectre de pathologies, sans effets secondaires. Les thérapies manuelles, enfin, des massages chinois au drainage lymphatique en passant par l’ostéopathie offrent  des solutions plus ou moins douces à des afflictions chroniques, pour lesquelles la médecine classique se révèle parfois impuissante. Voir le site www.maisondubienetre.com

Mais la base de la médecine naturelle reste encore la nutrition (la première médecine selon Hippocrate) et le temps qui passe…  La maladie est en effet considérée par les thérapeutes comme un signal de l’organisme et il serait ridicule de « tuer le messager » sans avoir pris le temps de déchiffrer le message… Avaler un médicament et continuer comme si de rien n’était,  c’est de la non assistance à organisme en danger !

 


Le Mendiant
Le pire n’est pas une fatalité. Parlez-en autour de vous…

Publié dans - scandales santé

Commenter cet article

MOB 04/06/2007 15:26

Je me permettrai e rajouter : moins le "temps qui passe" (et qui ne peut pas tout, seul) que le developpement de la conscience de notre être. En étant plus conscients de nos mécanismes perso, nous apprenons à décoder le langage de la maladie notamment dans sa dimension émotionnelle... et à guèrir (voir sophromob.over-bolg.com).^^