Système: Le gouvernement et les OGM

Publié le par Le Mendiant

LE DOSSIER DE LA SEMAINE : Business / Système


Le gouvernement et les OGM

Le gouvernement français a demandé à Bruxelles de restreindre la communication au public sur les évaluations des risques des OGM pour la santé humaine au prétexte que cela pourrait « entacher la confiance de l’opinion publique » et « nuire à la position concurrentielle des entreprises qui se sont lancés dans l’aventure. »

Y aurait-il quelque chose à cacher ? On se demande bien pourquoi les Français seraient méfiants vis à vis des OGM : n’ont-il pas fait la preuve de leurs multiples bienfaits ?

Serait-ce parce que nous n’avons déjà presque plus le choix ?  « Plus personne ne nie aujourd’hui que les plantes OGM, sont susceptibles, par pollinisation, de contaminer les cultures voisines. En acceptant l’extension de la culture des OGM, le gouvernement, soutenu par un certain nombre de scientifiques liés aux organisations professionnelles, nous condamne à plus ou moins longue échéance, à ne plus avoir le choix pour des produits non OGM. […] Ce que dit le gouvernement c’est que l’agriculture biologique doit pouvoir accepter tout comme la conventionnelle, un certain taux d’OGM dans les produits. » déclare Arnaud Apotheker, le spécialiste des OGM chez Greenpeace France www.greenpeace.fr 

Dessin Jean Philippe Combaz pour Satoriz

Et en effet, dès à présent, un taux de moins de 0,9% d’OGM n’entraîne pas d’obligation d’étiquetage sur les produits. De même, les consommateurs ne sont pas informés si les animaux qu’ils consomment ont été ou non nourris aux OGM. Or, 80% des OGM sont destinés à l'alimentation animale…

Résultat : les OGM sont déjà partout : seule la société Heinz Frozen and Chilled food garantie par exemple que ses petits pots pour bébé sont élaborés sans OGM. La plupart des biscuits et confiseries seraient contaminées, de même que les produits light et les produits laitiers du grand commerce.  Voir le guide de Greenpeace sur www.detectivesOGM.org  

Bref, il n’y a aucun intérêt à provoquer la panique et à faire fuir les consommateurs des rayons des hypermarchés. Officiellement, les OGM sont d’ailleurs excellents pour la santé ! 

Au regard de ce dogme, quoi de plus normal que le gouvernement français occulte une étude de la firme [censuré] mettant en évidence que des rats ayant mangé le maïs OGM ont vu leurs organes modifiés. Ils ont subi des lésions aux reins, au foi, au sang.  Sans surprise, la Commission européenne de Bruxelles a autorisé ce maïs à l'alimentation en Europe.

D’ailleurs, le gouvernement est tellement sûr de l’innocuité de ces substances qu’il a fait passer une loi précisant, qu’en cas de problème, ce sont les agriculteurs qui assumeront la responsabilité juridique et non pas les fournisseurs d’OGM, tout en réaffirmant le caractère confidentiel des informations communiquées par les producteurs…

On comprend donc leur courroux lorsque des biologistes, français de surcroît, disent avoir mis en évidence la toxicité d’une plante transgénique vendue dans le commerce […] commercialisé en Europe depuis 2005. […]  Ce fameux maïs justement !  « Nous avons découvert des signes de toxicité hépatique et rénale chez les rongeurs, ainsi que d’autres anomalies physiologiques », assure le Pr Gilles-Eric Séralini.

Comme le dit le reportage de Canal + censrué mais disponible sur internet : « Fini les tests sur les rats: les cobayes, désormais, c'est nous! Risques possibles pour notre santé ? Totalement inconnus! »


Et maintenant, que faire  ? 

A part censurer ces pratiques lors des prochaines élections, la seule solution pour les consommateurs consiste à se tourner vers les produits bio et l’agriculture raisonnée, promue notamment par la Confédération paysanne de José Bové. 

Les plus courageux visionneront aussi l’excellent documentaire « The Future of Food » de Deborah Koons Garcia. La narration en français est affligeante mais l’enquête est minutieuse, les témoignages poignants et l’ensemble constitue un procès à charge contre les producteurs d’OGM.  Les magazins bio Satoriz ont pris l’excellente initiative de prêter le DVD gratuitement à leurs clients. Une autre bonne raison de les fréquenter assidûment… www.thefutureoffood.com

Face à l’opacité et l’autocensure de l’administration, on peut aussi se demander si l’arrachage des plants d’OGM n’est pas finalement la seule action susceptible de contrer les lobbies industriels. En l’absence de débat objectif sur le sujet et compte tenu des intérêts financiers en jeu, les alternatives sont malheureusement limitées… Faire circuler l’information, peut-être ?


LE MENDIANT
Le pire n’est pas une fatalité. Parlez-en autour de vous…

 


Sources :
OGM, Pratique de Santé N°37, 8 octobre 2005, p2
OGM : relancer la mobilisation des consommateurs, Quelle Santé N°2, Février 2006, p. 4
Greenpeace : le nouveau guide OGM vient de sortir, Biocontact N°163, Novembre 2006, p.24
Les OGM sont ils dangereux pour la santé ? L'étude qui accuse. Reportage 90 minutes de Canal +, 15 sept 2005, Michel Despratx, Stephane Rossi, Jean-Pierre Vesperini, Nicolas de Marinis et Veronique Leroy  (visionnable sur internet)
OGM : la France taille un projet de loi sur mesure pour Monsanto et consorts, Pratiques de Santé N°44, 11 février 2006, p.2
Soupçons sur le maïs transgénique, L’Express N°2906, 15 mars 2007, Gilbert Charles, p.108

Publié dans - dossiers système

Commenter cet article