Alimentation: Les industriels contre l’obésité ?

Publié le par Le Mendiant

1 SCANDALE PAR JOUR : Alimentation

Les industriels contre l’obésité ?

Ce que dit la presse :

On trouvera désormais sur 5 000 de leurs produits un affichage clair – et harmonisé ! – de la contribution de l’aliment concerné aux quantités journalières recommandées. […] En prenant les devants, les industriels de l’agroalimentaire espèrent éviter qu’on leur impose plus tard des normes plus sévères. A l’image de celle que préconise la Food Standard Agency britannique, qui a institué une simple codification sous forme de « traffic lights », vert, orange et rouge (rouge pour « à consommer en petite quantité ») Un affichage dont l’impact sur la consommation effraie nombre de producteurs de sauce ou de boissons gazeuses…

Source : Des industriels s’engagent contre l’obésité, Le Point N°1804, 12 avril 2007, Domitille Arrivet, p. 70

Commentaires du Mendiant : 

Les industriels peuvent toujours soigner leur packaging pour se donner bonne conscience et se parer de vertus, ils continueront à tromper beaucoup de monde. Ce ne sont pas les informations nutritionnelles qui importent (elles y sont la plupart du temps déjà) mais de nouvelles recettes à base d’aliments sains et complets !

Car le nouvel affichage va-t-il mettre en avant la nocivité des arômes artificiels, des acides trans (graisse hydrogénées), des exhausteurs de goûts, des colorants et autres conservateurs nocifs sur le long terme à la santé ?  Certainement pas !  Des indications pour lutter contre l’obésité, passe encore, mais pour lutter contre le développement des cas de cancer, d’allergie ou de stérilité, certainement pas : c’est toute leur chimie qui serait pointée du doigt…

Va-t-il indiquer clairement que les aliments raffinés qui constituent la base des préparations industrielles sont des aliments vides de nutriments qui ne remplissent pas le ventre ? On peut rêver ! Il donnera uniquement des indications de base et de belles couleurs, optimisés pour flatter le produit… Mais quelques heures après avoir ingurgité sa dose de sucre rapide, on aura à nouveau faim… C’est ainsi que fonctionne le business !

En l’occurrence, le système libéral anglais semble donc plus à même d’accoucher de mesures sérieuses et contraignantes pour les industriels. Comment se fait-il que personne n’essaye cette fois-ci de les copier ?  Nous n’en sommes, en France, qu’à l’interdiction des distributeurs automatiques dans les écoles…

Quelques pistes de Consomm’Action :

Dans l’attente de logos vraiment clairs et objectifs, allons plutôt faire nos courses dans les magasins bio : leurs produits n’ont pas besoin de logos !

Ça coûte trop cher ?  C’est plus économique au contraire, si l’on fait vraiment toutes ses courses en bio : moins de rayons = moins de tentations et un bien meilleur rapport qualité/prix!  Voir la démonstration complète dans la section « Aliment’Action » 

 


Le Mendiant
Le pire n’est pas une fatalité. Parlez-en autour de vous…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article