Système: L’amnistie présidentielle des patrons voyous ?

Publié le par Le Mendiant

1 SCANDALE PAR JOUR : Système


L’amnistie présidentielle des patrons voyous ?

 

Ce que dit la presse :

"Avec le temps, Sarkozy est devenu au moins aussi sensible à l’argent qu’à la réussite. D’où sans doute sa mansuétude envers la délinquance en col blanc. Autant il prône la répression sans faille envers les auteurs de crimes contre les personnes, autant il banalise les délits financiers. […] Bel exemple de deux poids deux mesures : le nouveau président est beaucoup, beaucoup plus sévère avec la fraude quand elle est le fait d’immigrés en situation plus ou moins régulière que lorsqu’elle est le fait de citoyens plus fortunés."

Source : Sarkozy et l’argent, Le nouvel observateur N°2219, 17 mai 2007, Hervé Algalarrondo, p. 58


Dragon de nuit, Hong Kong, 2000 © Benoît Saint Girons

 

 

Commentaires du Mendiant :

Le problème n’est pas d’aimer la réussite ou l’argent mais de perdre le sens des valeurs et des priorités. Au nom de quoi les riches auraient-ils droit à davantage de mansuétude que les pauvres ?  Parce qu’ils vivent dans le luxe et que la prison serait un choc trop grand ?  Parce qu’ils sont plus "utiles" libres qu’enfermés ?  Parce que leurs affaires sont bonnes pour la croissance du pays alors mêmes qu’elles détruisent parfois la planète ou la santé ?

Dans son livre Libre (Robert Laffont, 2000) Sarkozy écrivait que la place des délinquants en col blanc n’était pas en prison et préconisait une réforme en ce sens. Une réforme est ainsi en cours, prévoyant que les abus de biens sociaux soient prescrits cinq ans après les faits, instruction comprise ce qui, compte tenu de la durée de la procédure, revient à amnistier tous les « patrons voyous » ! (Ce que ses amis patrons vont demander à Sarkozy, Marianne N°523, 28 avril 2007, p. 25)

Curieuses notions pour un pays qui affiche l’égalité sur le fronton de ses bâtiments… Mais sans égalité devant la loi, est-il encore possible de prôner la fraternité !   La liberté, serait-elle devenue la liberté de s’enrichir sans crainte de représailles ?

Il est temps de relire Alain : « La morale, c’est bon pour les riches ! […] Une vie pauvre est serrée par les événements ; je n’y vois ni arbitraire, ni choix, ni délibération […] Gardons nos sermons pour les riches, et d’abord pour nous-mêmes. Dès que l’on a quelque chose au-delà du nécessaire, et un peu de loisir, c’est alors qu’on peut diriger sa vie, combattre les maux imaginaires, et préférer la lecture au jeu de cartes, et la citronnade à l’absinthe. » (Propos 1337, 13 novembre 1909)

Un "pauvre" a une responsabilité mais aussi des circonstances voire des excuses. Un "riche" également, sans doute, mais sa responsabilité est renforcée car il avait le choix de faire autre chose. « On est tenu d’être honnête et non d’être riche » dit un proverbe anglais et cela est d’autant plus vrai que l’on est déjà riche !

La réussite ne peut être considérée comme une vertu que si elle débouche sur une vie exemplaire. De ce point de vue, il faudra scruter les actions du nouveau Président de la République avant de pouvoir se prononcer sur la réussite effective du candidat Sarkozy... 

 

Le Mendiant
Le pire n’est pas une fatalité. Parlez-en autour de vous…

Publié dans - scandales système

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article