Pollutions: Quand les agrocarburants poussent à la ville

Publié le par Le Mendiant

1 SCANDALE PAR JOUR : Pollutions

 

Quand les agrocarburants poussent à la ville

 

Ce que dit la presse :

La ville n’est plus seulement le lieu de l’échange et de l’urbanité, elle est également devenue la preuve la plus criante du mauvais état de la planète. Désormais, 50% des hommes vivent dans de grandes agglomérations et ils génèrent plus de 75% des pollutions. […] L’éthanol n’est pas la panacée, loin de là. C’est même une arnaque idéologique. […] On assiste en fait à un égoïsme des citadins aisés, qui, sans en être toujours conscients, contribuent à la déforestation rapide de pays comme le Brésil.

Source : Rats des villes et rats des champs, Courrier International N°864, 24 mai 2007, Editorial de Philippe Thureau-Dangin, p.6   www.courrierinternational.com  

 


Vietnam, 1997 © Benoît Saint Girons

 

 

Commentaires du Mendiant :

La France a perdu plus de 6 millions de paysans en 50 ans. Une exploitation disparaît toute les deux minutes en Europe et tous les quarts d’heure en France. Et pourquoi ?  Parce que nous avons fait le choix d’une agriculture productiviste qui exige beaucoup de capitaux (merci les prêts bancaires !) mais peu d’hommes à l’hectare : seuls les plus gros survivent et touchent les subventions de Bruxelles afin que la France puisse vendre à des prix bradés son surplus agricole à des pays en développement dont les paysans se trouvent ruinés (et donc contraints de rejoindre les villes voire les bidonvilles) pour cause de concurrence déloyale ! Et voilà que, grâce aux agrocarburants, on risque en plus de les affamer alors que 80% des terres cultivées dans le monde le sont déjà pour l’exportation (voir le précédent dossier sur le sujet)  Il est vraiment beau notre système !

 


Quelques pistes de Consomm’Action :

Commencez par vous informer des ravages des villes et de la fausse bonne idée des agrocarburants en parcourant le superbe dossier de Courrier International de la semaine dernière.

Ensuite, militez en consommant au maximum bio et en réduisant l’utilisation de votre voiture. Je le concède, c’est déjà moins facile…

 


Le Mendiant
Le pire n’est pas une fatalité. Parlez-en autour de vous…

Publié dans - scandales pollutions

Commenter cet article