Pollutions: Le principe du pollué-payeur

Publié le par Le Mendiant

1 SCANDALE PAR JOUR : Pollution

Le principe du pollué-payeur

Ce que dit la presse :

Très loin du principe pollueur-payeur, les agences mènent une politique du pollué-payeur. Démonstration en Loire-Bretagne. « Les agriculteurs sont responsables à 80% de l’azote qui arrive à la mer chaque année, ce qui représente environ 180 000 tonnes et provoque les marées vertes du littoral […] » commente Bernard Rousseau, responsable du réseau eau à France Nature Environnement. […] Or les agriculteurs ont cotisé jusqu’à présent à 2% et les particuliers à 85%. Plus on pollue, moins on paie…

Sources : Politique de l’eau : la faillite à prix d’or, Que Choisir N°448, Mai 2007, Elisabeth Chesnais, p. 48

 


Commentaires du Mendiant :

Même irresponsabilité avec les subventions agricoles puisque 10% des paysans encaissent 50% des aides...  Il s’agit évidemment des plus gros, des plus productiviste, des plus pollueurs… Et qui est-ce qui paye ? 

Le système n’a évidemment aucun intérêt à privilégier une agriculture responsable : les exploitations seraient plus petites, les paysans moins endettés, les coûts de productions réduits et les produits de meilleurs qualités…  « L’abandon du maïs fourrager économise le tracteur, les frais d’entretiens et les vertèbres lombaires de François. Les volumes produits diminuent, mais les charges diminuent plus vite, dégageant plus de marge pour moins de travail. » raconte par exemple François Dufour dans Le monde n’est pas une marchandise (ouvrage collectif avec José Bové et Gilles Luneau).

Quelques pistes de Consomm’Action :

 

Passez au bio ! Cette agriculture est plus responsable et cela ne coûte pas plus cher (voir la démonstration dans la section Aliment’Action)  Et pour vous dégoûter définitivement des élevages industriels qui fournissent la majorité des plats industriels et l’industrie du fast-food, visionnez le petit film d’animation The Meatrix : www.themeatrix.com

 

Et comme le dit l’article : « Tant que les consommateurs-électeurs, qui sont dans l’histoire pollués et payeurs, ne protesteront pas, les élus resteront plus réceptifs aux lobbies des professionnels. »

 


Le Mendiant
Le pire n’est pas une fatalité. Parlez-en autour de vous…

Publié dans - scandales pollutions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article